Esperance-de-Tunis.net
Toute l’information sur le doyen des clubs tunisiens

CAF Champions League : Malchance oui, incohérences surtout

Avec de telles statistiques, d’aucuns diront que les dieux des stades n’étaient pas avec les protégés de Jaïdi. Soit. C’est même indéniable tellement la supériorité des Sang et Or a été sans équivoque.

Crédit photo : Google

Et même s’il fallait compter sans la forme resplendissante du gardien Noir et Blanc, homme du match sans conteste, il va sans dire que les choix … ou plutôt errements tactiques, pour ne pas parler d’inepties déclaratives que certains évoquent avec une insistance si impertinente, n’ont pas aidé la cause des poulains de Jaïdi.

Et si nous n’allons pas revenir sur l’absurdité … renouvelée … celle de déplacer les remplaçants à Métlaoui sans le « head coach » de surcroît, un choix non seulement indigne du club de Bab Souika, mais qui a en plus rarement donné ses fruits par le passé, et ce pour rester préparer le match retour des quarts de finale de la CAF Champions League 2022 contre l’ES Sétif, nous ne pouvons pas passer sous silence le choix de faire confiance à El Houni parmi le « onze » rentrant, alors que le Lybien n’est que l’ombre de lui-même depuis le renouvellement mirobolant de son bail avec le club. Faut-il également noter l’autre mauvais choix qui continue à décevoir en attaque, celui de de voir Iwuala appelé de nouveau à animer le couloir droit, alors qu’il s’agit d’un attaquant axial de percussion.

Mais le coup de massue a été sans aucun doute le recours à une défense à 3 dès le début de la seconde mi-temps … avec un Coulibaly comme base d’un trio « axial » qu’il menait normalement au sommet, avec les énormes difficultés qu’on lui connaît. Une énormité alors que l’Espérance était appelée à remonter au score … voire à aller chercher des deuxièmes balles profondément dans le camp adverse et dont le coach Sang et Or se désole de la perte … après coup!

Nous n’allons pas revenir sur le rôle donné à El Houni en seconde mi-temps, déjà perdu sur son couloir de prédilection lors de la première, afin de se placer dans l’interligne entre les deux rideaux défensifs adverses … tout en gardant Iwuala excentré.

Que dire des remplacements tardifs, celui du même El Houni (83′) et Fedaa (87′) … tout en maintenant le même schéma?

Bien que nous ayons et contunions à apprécier le boulot accompli par Jaïdi, avec tous les problèmes auxquels il a fait face, notamment en matière de carences au niveau de l’effectif, nous ne pouvons pas nous permettre de revoirvde tels choix suicidaires aux Playoffs du championnat tunisien de Ligue 1, dont il faut chercher le titre coûte que coûte pour sauver la saison que beaucoup savaient de transition dès le départ.

La balle est dans le camp du coach, sans parler des joueurs, dont certains sont indignes de porter les couleurs Sang et Or avec un tel niveau … et une telle attitude.

K.B

Ecrit par

Rechercher sur le site