Esperance-de-Tunis.net
Toute l’information sur le doyen des clubs tunisiens

L’Espérance avance … y a-t-il de la place pour le doute?

L’Espérance Sportive de Tunis (EST) caracole en tête du classement des Playoffs du championnat de Tunisie de Ligue 1, saison 2021-2022, à quatre (4) points du poursuivant Union Sportive de Monastir (USMo), au terme de la quatrième (4è) et avant-dernière journée de la phase aller. Les Sang et Or sont d’ailleurs champions symboliques de cette première tranche des Playoffs à la veille de leur empoignade au stade de Rades contre la lanterne rouge, l’Union Sportive de Ben Guerdane (USBG), dont l’objectif est non seulement de reprendre son écart vis-à-vis des Bleus et Blancs, victorieux hier et réduisant l’écart à un (1) point, mais surtout de rassurer.


Rassurer qui?


Vu le mutisme, loin d’être nouveau et limite assassin à plus d’un égard de la direction, des voies de plus en plus audibles sont en train de s’acharner, au premier regard, contre l’entraîneur Jaïdi, qui est loin d’être exempts d’erreurs d’appréciation du reste, mais plus encore, contre la marche positive de l’équipe fanion du club de Bab Souika qui était en pleine perdition à la fin du cycle triomphant de Chaâbani.


Les motivations? Une insatisfaction, légitime du reste, face au rendement des poulains de Jaïdi post-élimination en quart de finale de la CAF Ligue des champions (CAF CL) 2022 face aux Algériens de l’Entente Sportive de Sétif (ESS), laquelle est survenue suite à une double confrontation largement dominée par les Sang et Or à tous les niveaux et paramètres objectifs … à l’exception de la concrétisation des occasions créées. La déception fut telle, que plusieurs supporters espérantistes sont tombés dans le piège des antis, dont la spécialité depuis des décennies est de guetter tout faux-pas du club de Bab Souika, notamment en joute africaine, pour semer la zizanie dans le camp espérantiste. Tous les supporters se rappellent de certaines scènes de liesse suite à des défaites bien plus importantes notamment lors des finales continentales.


Les mêmes pseudo analystes qui louaient il y a à peine un mois le jeu développé et le progrès réalisé par le groupe sous la conduite de Jaïdi se sont érigés en psychanalystes … bien évidemment a posteriori … d’un discours, certes pas le meilleur, mais loin d’être déterminant lors d’un match où les Sétifiens ont justement souffert le martyr face au forcing imposé par les coéquipiers de Chaaleli, auteur à son tour d’un tir sur le poteau, sans pouvoir arrêter la machine Sang et Or, hormis par la baraka et la forme resplendissante de son gardien dans un jour de grâce.


Il s’en est suivi un festival de mauvaise foi orchestré par des désignations et arbitrage mesquins, avec comme apothéose le derby et le penalty rigolo sifflé par Melki avec l’aide de la VAR de Guirat juniors (admirez le couple!) au profit des Rouge et Blanc, sans parler des deux non décernés aux Sang et Or (fautes de bras et faute sur Ben Hammouda). Le tout est bien évidemment soutenu par toutes les tribunes médiatiques antis, à commencer par la chaine qatarie Al Kass, appartenant au groupe Qatar Media Corporation, lequel est détenu par le même état qui est propriétaire de Qatar Airways, le sponsor officiel du même Club Africain (CA), et qui a acquis les droits, quasiment exclusifs, de retransmission du championnat national tunisien (cherchez l’erreur) par l’entremise de la Fédération tunisienne de football (FTF) présidée par Jari, le sauveur officiel du club de Bab Jedid en Ligue 1 la saison dernière, après avoir faussé le championnat, garanti personnellement les émoluments du staff et des joueurs Rouge et Blanc à la veille du derby aller « afin de se concentrer sur le terrain » et surtout intervenant officiellement dans la transaction Qatar Airways.


La réalité


Au-delà du fait que l’Espérance se savait en période de transition à la veille de cette saison, avec le départ de plusieurs joueurs, notamment ceux du secteur offensif, et le remplacement, tardif par ailleurs, du staff technique, dont on connaît le résultat en matière d’effectif à disposition, l’équipe a su monter un visage plutôt rassurant en matière de percussion et de création d’occasions, à tel point que « tout le monde » a commencé par rêver de la CAF CL cette année même, après avoir surclassé son groupe, voire maîtrisé l’ES Sétif chez lui notamment.


Or et après l’élimination, pourtant imméritée, les attaques ont fusé de toutes parts contre Jaïdi pour une déclaration anodine, alors que le terrain, à ne pas confondre avec le résultat qu’aucun entraineur au monde ne peut assurer, lui a pourtant donné raison. Les joueurs, touchés, n’ont pu alors compter sur un entraîneur qui se devait de garder une certaine sérénité et transmettre un message plutôt positif à ses poulains pour reprendre du poil de la bête, comme ce fut un certain temps, où l’équipe se remettait à dérouler rapidement en compétition locale.


Malheureusement, ce scénario n’a pas eu lieu parce qu’objectivement parlant et fondamentalement, l’effectif mis à la disposition de Jaïdi ne le permet pas, au-delà de certains choix tactiques ou individuels défaillants de ce dernier à l’occasion. Pis, les pseudo analystes se sont mis comme par enchantement à glorifier les équipes adverses qui passent, selon eux, des matchs « héroïques » … à bloquer l’Espérance, dont on critique en même temps l’incapacité de déverrouiller le bloc bas adverse. N’est-ce pas ridiculissime? Quand un coach met en place une équipe qui surclasse ses adversaires, supposés jouer du tac au tac pour viser le titre de champion, tout en passant par une période objectivement peu brillante et ce, après avoir montré des qualités collectives indéniables pour un bon moment et qu’il est descendu … même par les siens, on ne peut plus parler d’objectivité. Un supporter Sang et Or … quand bien même un dirigeant de surcroît … qui pense en ces terme est en train de commettre tout simplement un crime contre l’Espérance … impardonnable. D’autant plus que cela non seulement est en train de miner la marche de l’équipe à court terme, mais même à long terme, du moment que les mêmes menaces guettent la vie Sang et Or, car il n’y a qu’à regarder comment le titre de champion en handball nous a été dérobé, dans le silence le plus total des médias antis et à la solde du projet mesquin de destruction de la locomotive du sport national, faute de pouvoir le faire sportivement parlant, ce qui serait au contraire de très bonne guerre.


Appel à la raison et à la solidarité


Nous ne permettrons jamais de demander aux supporters Sang et Or de fermer les yeux sur les défaillances du coach, du staff technique, des joueurs ou même de la direction. La critique … en tout temps … et pas uniquement en fin d’exercice … est l’essence même de notre quête d’excellence quotidienne et acharnée qui nous distingue de nos adversaires, encore faut-il qu’elle soit factuelle, objective et constructive.


Jaïdi et son groupe ont besoin de retrouver une meilleure sérénité pour entamer un nouveau cycle de matchs plus heureux côté rendement et aussi victorieux, qui permettra, inchAllah, à l’Espérance de lever son sixième (6è) titre consécutif de champion de Ligue 1 et viser d’égaler dans un premier temps et dépasser dans un deuxième son record entre 1998 et 2004 avec sept (7) championnats de suite, et pourquoi pas couronner cette saison avec un sixième (6è) doublé coupe-championnat qui fuit l’institution Sang et Or depuis 2011.


Un problème bien défini est à moitié résolu.


Nous appelons donc nos chers supporters à faire preuve de sensibilité face aux différents éléments qui affectent la marche voulue par tous, celle d’écraser la concurrence et de faire cavalier seul, notamment lors d’une saison de transition et avec un effectif en deçà des attentes de surcroît … quand bien même supérieur aux adversaires tunisiens à tel point que l’Espérance, qui pousse tous ses adversaires sans exception aucune à jouer la défense à outrance, mais qui aura demain, en cas de victoire, de nouveau quatre points d’avance sur son poursuivant immédiat, le double des points de celui qui est classé troisième et plus que le double de celui … qui méritait de gagner au derby avec Melki aux commandes. Ne tombons surtout pas dans le piège du doute en espérant que la direction prendra ses responsabilités en main afin de calmer les esprits et garantir une meilleure sérénité au groupe.


À bon entendeur, salut.


Taraji Dawla
K.B.

Ecrit par

Rechercher sur le site