Esperance-de-Tunis.net
Toute l’information sur le doyen des clubs tunisiens

EL WATAN | Corruption -CAF : Nouvelles révélations incriminant Ahmad

Corruption au sommet de la CAF Nouvelles révélations incriminant Ahmad Ahmad

Par TARIK AIT SELLAMET

Les scandales de corruptions au sein de la Confédération africaine de football sous la conduite de son président malgache, Ahmad Ahmad, ne cessent d’ébranler l’institution du football continental.

Le site anglais spécialisé, Insideworldfootball, a porté de graves accusations à l’encontre d’Ahmad Ahmad et des responsables de la CAF, citant plusieurs affaires de corruption et de pots-de-vin, et évoqué certaines transactions illicites, tout en assurant détenir des preuves. Sous le titre «Le couvercle de l’empire des ententes corrompues du président de la CAF, Ahmad, levé et des officiels achetés», d’une enquête publiée sur le site anglais, le 15 mars dernier, le journaliste Paul Nicholson fait état d’accusations de «fraude contractuelle et de mauvaise gestion des fonds de la CAF».

Ainsi, l’enquête, qui se base sur «des courriels, des lettres et de la documentation consultés par Insideworldfootball», précise l’article, cite plusieurs transactions illicites. A l’image de cette affaire d’une offre d’équipements sportifs de Puma, en décembre 2017, pour le championnat CHAN Maroc-2018, d’un montant de 312 000 dollars, abandonnée au profit d’un contrat de 1 195 603 dollars pour l’achat des mêmes équipements de marque Adidas, via la société française Tactical Steel.

Le site donnera même tous les détails de la transaction, en précisant que c’est Ahmad qui donnera injonction au secrétariat de mettre fin à l’accord avec Puma. Le site précise par ailleurs, que Tactical Steel est dirigé par Romuald Seilier, un ami proche de Loïc Gerand, l’attaché personnel d’Ahmad Ahmad Insideworldfootball fait aussi état des différentes infractions du président de la CAF, depuis son intronisation, aux règles d’éthique, accusant même la FIFA, et surtout son président, Gianni Infantino, de soutenir et de protéger le Malgache.

Parmi ces graves infractions, l’article évoque, en assurant toujours détenir des preuves matérielles, des «omras» offertes à 15 présidents de fédérations musulmanes par la CAF durant le Ramadhan 2018, d’un montant global de 100 288 dollars. Une infraction criante à l’article 136 du code disciplinaire de la CAF, qui évoque des sanctions allant d’une amende 25 000 dollars à une interdiction à vie d’exercer. Insideworldfootball affirme aussi que la CAF avait décidé, en mai 2017, deux mois seulement après l’élection d’Ahmad Ahmad à la tête de l’instance, d’accorder une subvention de 100 000 dollars à toutes les fédérations nationales.

Mais le hic c’est que seulement 80 000 dollars ont été versés aux fédérations, alors que les 20 000 dollars restants devaient être versés dans les comptes personnels des présidents de ces fédérations, toujours sous l’injonction d’Ahmad Ahmad. Selon l’article, plusieurs présidents ont refusé de communiquer le numéro de leur compte bancaire, refusant ainsi de recevoir «un paiement corrompu», citant, entre autres, le président de la Fédération des Seychelles, mais affirme par contre détenir une documentation prouvant que celui de la Fédération du Cap-Vert a bien reçu les 20 000 dollars.

Dans son enquête, le site Insideworldfootball évoque aussi les relations entre Gianni Infantino et Ahmad Ahmad, qualifiant ce dernier de poulain et protégé du boss de la FIFA. L’article évoque ainsi le véto imposé par la FIFA pour protéger Ahmad Ahmad, qui devait être sanctionné par le comité d’éthique, à l’instar de Seedy Kinteh, de la Gambie, et Kalusha Bwalya, de la Zambie, interdits par la FIFA pour avoir reçu des cadeaux en argent de la part de l’ancien président de la Confédération asiatique de football, Mohammed Ben Hamman.

Le site affirme même détenir un courriel indiquant qu’Ahmad Ahmad correspondait et recevait de l’argent de la part de l’ex-candidat à la présidence de la FIFA. De graves révélations, mettant à nu les graves dérives et la corruption au sein de la CAF, s’ajoutant aux nombreuses affaires citées ces derniers mois, incriminant directement le patron de la CAF, Ahmad Ahmad.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Ecrit par

Rechercher sur le site