Esperance-de-Tunis.net
Toute l’information sur le doyen des clubs tunisiens

La malhonnêteté, la devise de la LNFP

La Ligue nationale de football professionnel (LNFP), qui veille au bon fonctionnement du championnat tunisien de Ligue 1, supposément, vient d’infliger au capitaine de l’Espérance Sportive de Tunis (EST), Chaâlali, une sanction de trois matchs à l’issue du derby gagné dimanche dernier par les Sang et Or (1-0) contre le Club Africain (CA), avant-dernier au classement général après 12 journées jouées. Un match du reste repoussé d’un jour par les mêmes instances pour des raisons aucunement explicitées ni étayées dans les médias. Est-ce parce que Samir Sellimi avait déclaré que les protégés de Chaâbani disposaient de 48h de plus que leurs adversaires après avoir joué une journée plus tôt? Nous ne le saurons jamais car l’Espérance n’en tire aucun profit, cela va de soi.

Pour revenir à Chaâlali, il a pourtant écopé d’un carton jaune suite à sa réaction spontanée et non préméditée de repousser son agresseur, Khalil, lui aussi uniquement averti, le touchant malencontreusement au visage. Or, le milieu clubiste est venu de … l’autre monde, non pas pour avoir porté le no.14, pour véhément bousculer le même Chaâlali et accessoirement Benguit, devant les yeux surpris de l’arbitre. Rappelons qu’au moment des faits, Loussif discutait calmement avec les joueurs Sang et Or pendant que le match était arrêté. Une agression totalement gratuite et incompréhensible, suivie du reste par des insultes et gesticulations, que ceux qui avaient pourtant appris à lire les paroles sur les lèvres de Badra et Derbali n’ont pu relever (Sic!).

La LNFP non plus, vu que le geste de Khalil, complètement tû par les médias, n’a même pas été retenu pour l’examen de ses membres. Après tout, d’anciens arbitres pourtant assistés par la reprise vidéo, tels que Belkhouas, démis de Dimanche Sport pour avoir expliqué que le geste de Badri par ailleurs ne représentait pas une infraction passible d’exclusion, justement, ou Zahmoul sur Mosaïque FM, voire d’autres, que nous ne nommerons même pour leur petitesse, ne l’ont pas vu non plus.

Il est clair que la LNFP est tombée de nouveau dans ses travers de mauvaise foi manifeste contre le club de Bab Souika comme elle nous a bien habitués, rajoutant au folklore médiatique habituel post-derby un charme qu’on ne peut plus le lui reprocher du reste. Les supporters Sang et Or en sont vaccinés, mais nous ne pouvons ne pas le noter.

Pour rappel, l’ancien capitaine clubiste Khalifa, sur le banc au dernier derby, avait eu un traitement tout autre dans deux incidents bien plus graves auparavant. Non que d’autres joueurs clubistes, tels que Iffa, Ayadi ou Ben Yahia (qui a échappé de nouveau à l’exclusion dimanche), sans oublier Souissi qui a bien passé son expérience à partir du banc visiblement, n’ont pas été les auteurs d’autres agressions, toujours au derby, vues et commentées en direct voire lors de la moviola sans que la LNFP n’intervienne, mais nous nous devions de rester concis.

Alors pour revenir à Khalifa, lors du derby du 18 février 2018 comptant dans le cadre de la 19è journée du championnat, il a agressé (non, ce n’était pas une réaction) l’Algérien Belaili en le giflant sans que cela n’ait produit un quelconque outrage à la LNFP, se contentant du maigre carton jaune infligé (73’) par le petit Guirat, un match perdu du reste par les Sang et Or (2-1). Les médias de pacotille l’avaient à peine mentionné, mais fort heureusement que Khalifa, en bon gentleman de l’ex maison Sang et Or, s’en est excusé auprès de la chaine « La 9 », dont on connaît bien les couleurs et pas qu’au sens propre. La LNFP, elle, n’en dira pas plus.

Deux ans plus tôt, le même Khalifa a même frappé l’arbitre Selmi avec une bouteille à la fin d’un match perdu (2-1) lors de la 20è journée, toujours dans un derby joué … héroïquement comme c’est l’habitude par les Rouge et Blanc. À l’époque, la LNFP avait mis du temps pour le noter (il faut bien les comprendre), permettant du reste à Khalifa de participer au match suivant contre l’autre Espérance, celle de Zarzis, une semaine plus tard et non après trois jours … comme si de rien n’était. D’aucuns diront qu’on ne peut tout de même critiquer la LNFP pour son amélioration notable en matière de réactivité. Soit! On ne va pas leur reprocher non plus les deux matchs de suspension infligés à Khalifa … comparés aux trois de Chaâlali. Une autre évolution certainement!

Avec le marasme dans lequel baigne le football, où des clubs sont rétrogradés, des fois suite à des points ôtés pour quelques centaines de milliers de dinars en retard, pendant qu’un autre en doit des milliards, dont une partie à la désormais banque appelée la fédération tunisienne de football (FTF) présidée par Jarii, sans parler du rôle joué par les journaleux, présentateurs, analystes et chroniqueurs sur les chaines audiovisuelles à grand public, avec leur médiocrité criarde à changer complètement les faits et leurs effets qui se défilent devant les yeux de tout le monde, le ballon rond, à l’image de ce qui se passe dans le reste du pays, est malheureusement voué à creuser encore plus profond, du moment que le seul club qui réussit est une cible permanente de coups bas de tous bords.

K.B

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Ecrit par

Rechercher sur le site